Élections professionnelles dans la fonction publique du 1er au 8 décembre 2022 : décryptage et enjeux

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 3 minutes

Un tournant pour mieux vivre son travail ?

Alors qu’Emmanuel Macron a mis toute son énergie à décrédibiliser l’action syndicale et appauvrir le dialogue social, l’enjeu est d’importance.En effet, les syndicats restent un contre-pouvoir incontournable face aux réformes toujours plus libérales qui affaiblissent les droits et garanties des salariés. Contrairement aux idées reçues, les cadres sont particulièrement ciblés par cette évolution à marche forcée de l’organisation du travail.

Face à des gouvernements qui n’ont eu de cesse de tirer sur les agent·es publics alors qu’ils ont été un puissant facteur de « résilience » face aux crises sanitaires et internationales, il est urgent d’envoyer un signal fort et positif. Un signal fort car le vote CGT est sans ambiguïté un vote pour la défense des agent·es publics face à l’érosion du cadre statutaire et des garanties collectives qui protègent chaque agent. Première organisation représentative de la Fonction Publique, la CGT est résolument aux côtés de toutes et tous les fonctionnaires et contractuel·es, y compris les cadres et professions intermédiaires qui couvrent les catégories A et B, sans concession ni complaisance.

Un signal positif car le vote CGT marque l’attachement aux valeurs de service public, à l’idée que la Fonction publique est à la fois un facteur de cohésion nationale et de progrès social. 

La fonction publique, une idée moderne.

Voter CGT, c’est se donner des relais de proximité pour faire entendre nos préoccupations et être défendus dans toutes les administrations, établissements, services ou collectivités. En 2018, les élections avaient permis de constituer plus de 7 000 comités techniques dont le rôle était de donner un avis sur toutes les décisions importantes d’organisation. 

Les élections professionnelles de 2022 verront la mise en place des comités sociaux qui fusionnent les compétences des Comités Techniques et des Comités d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT).

Il s’agit aussi de choisir ses représentant·es du personnel qui pourront négocier des accords les plus favorables possibles sur les enjeux de reconnaissance des missions d’encadrement et d’expertise, la carrière, les salaires, le télétravail… En effet, les modifications importantes du dialogue social dans la Fonction publique ont certes affaibli le dialogue institutionnel mais, paradoxalement, rendu encore plus importantes les négociations au plus près des collectifs de travail. En présence de cette « nouvelle donne », les représentants élus auront la responsabilité de conduire la négociation de ces accords qui impacteront directement les agent·es publics dans leur quotidien professionnel. Forte de son expertise et de son engagement la CGT peut offrir la meilleure garantie d’un dialogue social respectueux des attentes des agents publics.

Voter CGT, c’est aussi avoir des représentant·es de confiance en cas de besoin, lorsque les défenses individuelles dans le cadre des CAP ou CCP doivent être mises en œuvre. De même, un certain nombre de situations ne seront plus traitées dans ces instances mais pourront faire l’objet que de recours juridiques. Un accompagnement, en amont ou lors des nombreuses étapes juridictionnelles, par les représentants CGT locaux sera incontournable pour ne pas laisser les agent·es isolé·es face à l’Administration. 

Cet article est issu du magazine gratuit Cadres Infos (en téléchargement ci-dessous) imprimé à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires et envoyé dans les Unions Départementales.

 

Téléchargement

Restez informés


Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *