Ce que veulent les cadres : synthèse et dossier de presse du Baromètre Ugict-CGT / SECAFI 2020

Temps de lecture : 5 minutes

Un décryptage complet et chiffré grâce à notre Baromètre annuel Ugict-CGT / SECAFI, réalisé par ViaVoice.

Les cadres sont critiques sur les choix du gouvernement face à la crise

  • 64 % des cadres ne croient pas à l’efficacité du plan de relance du gouvernement, et 84 % souhaitent que les aides publiques massives soient conditionnées à des contreparties.
  • 66 % des cadres considèrent que les représentants du personnel doivent disposer d’un droit suspensif sur les projets des directions lorsqu’ils ont un impact sur l’emploi ou l’environnement.
  • 54 % des cadres souhaitent l’abandon définitif de la réforme des retraites.

Négociation télétravail : le droit à la déconnexion n’est pas une option

Alors qu’avec la crise sanitaire, le télétravail s’est généralisé chez les cadres et professions intermédiaires, 64 % des cadres considèrent que les pratiques de télétravail sont insuffisamment encadrées, et 75 % qu’elles ne protègent pas des durées excessives de travail et ne garantissent pas le droit à la déconnexion.

Dans le secteur privé, l’analyse de ce sondage montre que la situation est encore plus dégradée dans les entreprises de moins de 200 salarié·e·s où 77 % des cadres considèrent que le télétravail n’est pas suffisamment encadré, et 81 % s’estiment soumis à des durées excessives de travail. Ces chiffres traduisent l’impact du défaut de représentation syndicale et de négociation d’accord avec les syndicats, notamment dans les plus petites entreprises. Cela démontre l’urgence d’encadrer le télétravail en renforçant l’ANI de 2005.

Le droit à la déconnexion est aujourd’hui plébiscité par les cadres qui sont 69 % à souhaiter en disposer, soit une augmentation de 9 points par rapport à 2019 ! L’Ugict-CGT se félicite de voir son travail de sensibilisation et de mobilisation porter ses fruits depuis le lancement de sa campagne pour le droit à la déconnexion en 2014. Il y a urgence à ce que patronat et gouvernement en garantissent l’effectivité pour protéger la santé. Oui, il y a une vie après le travail, même pour un cadre !

Une charge de travail qui va crescendo et un mécontentement salarial qui explose

En première ligne pour réorganiser les process de travail, garantir la continuité de l’activité et la santé des équipes, une majorité de cadres fait part d’une augmentation de leur temps et charge de travail. Une implication non reconnue d’un point de vue salarial, alors que les accords de performance collective et le chantage à l’emploi généralisent l’austérité salariale.

  • 76 % des cadres sont connectés en dehors de leur temps de travail pour des raisons professionnelles.
  • 61 % des cadres considèrent que leur charge de travail a augmenté depuis l’année dernière, et 53 % que leur temps de travail a augmenté.
  • 39 % des cadres déclarent travailler plus de 45 heures hebdomadaires.
  • 59 % des cadres déclarent travailler pendant leurs jours de repos.

Dans le même temps, les cadres s’estiment non reconnus sur le niveau de leur rémunération sur la totalité des indicateurs par rapport à 2019 :

  • au degré d’implication 62 % (+ 6 points) ;
  • à la charge de travail 57 % (+ 1 point) ;
  • au temps de travail réel 56 % (=) ;
  • à la qualification 49 % (+ 1 point) ;
  • aux responsabilités 45 % (+ 2 points).

La reconnaissance salariale est encore plus dégradée pour les femmes cadres et dans la fonction publique. Au vu de ce temps de travail très élevé, l’aspiration à un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle reste donc de loin la première préoccupation des cadres (64 %). Le salaire (52 %) et le sens du travail (49 %) viennent ensuite, alors que 72 % des cadres ne sont pas associés aux orientations stratégiques et 53 % d’entre eux considèrent que les choix et pratiques de leur entreprise ou administration rentrent régulièrement en contradiction avec leur éthique professionnelle. 57 % des cadres souhaitent disposer d’un droit d’alerte dans le cadre de l’exercice de leurs responsabilités, afin de pouvoir refuser de mettre en œuvre des directives contraires à leur éthique.

Des perspectives d’avenir en berne

69 % des cadres considèrent que leur évolution professionnelle pour les années à venir sera négative ou stagnante, un chiffre en augmentation de 4 points par rapport à 2019 à mettre en corrélation directe avec la crise économique et sociale. Un signal d’alarme que les directions feraient bien de prendre très au sérieux tant cela obère les capacités d’innovation des entreprises, des administrations et du pays.

Enfin, les deux tiers des cadres considèrent que l’évaluation professionnelle n’est pas fondée sur les bons critères et manque de transparence.

La crise que nous traversons démontre l’impasse du wall street management, qui soumet le travail à des objectifs financiers de court terme.

Ce sondage confirme l’aspiration croissante des cadres à vivre et travailler autrement.

Construire une société résiliente, répondre au défi environnemental et faire progresser le bien-être des populations, exige de repenser le travail pour permettre aux cadres d’exercer pleinement leurs responsabilités professionnelles.

Avoir une politique salariale qui reconnaisse leurs qualifications et leur investissement, leur donner des droits pour faire primer leur éthique professionnelle sur les directives financières et rendre effectif le droit à la déconnexion sont autant d’urgences de sortie de crise.

Cet article est une synthèse de notre Baromètre Ugict-CGT/ SECAFI, réalisé par ViaVoice – Novembre 2020

En bref : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin : 

 

Téléchargement

Restez informés


À propos

Pièces-jointes :

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *