Pour en savoir plus


Temps de lecture : 3 minutes

En écho au conflit chez Total Énergies et face à la répression et aux mensonges de ce gouvernement qui soutient activement les actionnaires, mais jamais les salarié·es, l’Ugict-CGT publie quelques désintox utiles dans la période et appelle les ingés cadres techs à se mettre en grève pour leurs salaires et à rejoindre les mobilisations en cours.

Les salariés des raffineries de Total Énergie et Esso Exxon Mobil sont en grève depuis le 20 septembre pour leurs salaires. Ils et elles sont confrontés à une stigmatisation et une répression très violente. Au lieu de taxer les mégaprofits du secteur, le gouvernement empêche les salariés de faire grève et remet en cause cette liberté fondamentale.

Non, les salariés des raffineries ne sont pas des privilégiés !

L’accord salarial d’octobre 2022 dans la branche pétrole donne la réalité des salaires :

  • plusieurs coefficients sont inférieurs au SMIC. Un opérateur de raffinerie commence donc au SMIC
  • Le « consoliste » recruté aujourd’hui au niveau bac +2 est à 2275 € mensuels bruts

En outre ces salariés sont soumis à des contraintes fortes: travail de nuit, le weekend et en horaires décalés, pénibilité liée notamment à l’exposition aux produits chimiques, à la chaleur et au bruit…

En 2021, les salaires des salariés de Total ont été gelés et en 2022 ils n’ont augmenté que de 2,35 % alors que l’inflation est de 6 %. Ils et elles subissent donc une forte baisse de leur pouvoir d’achat.

Et en même temps… les profits et les dividendes explosent

En 2022, le salaire du Pdg de Total a été augmenté de 52 % et s’élève désormais à 5,9 millions d’euros par an (source Reuters)

Les profits de Total Energies atteignent des records et s’élèvent à 14 milliards d’euros par an ! 

Il faut se rendre compte de l’ordre de grandeur que cela représente.

Dans le même temps, les aides aux entreprises n’ont jamais été aussi élevées et s’élèvent à 150 milliards d’euros par an d’après une étude de chercheurs lillois. Le capitalisme est sous perfusion d’argent public.

Dans le même temps, l’État subventionne ces profits. Un rapport sur les aides publiques aux entreprises révèle qu’elles coutent 150 milliards d’euros par an au contribuable.

Le capitalisme est sous perfusion d’argent public.

Réquisitionner les grévistes c’est remettre en cause une liberté fondamentale

La grève est une liberté fondamentale garantie par la constitution et par le droit international. C’est ce qui permet aux travailleuses et travailleurs d’agir collectivement pour obtenir des améliorations de leurs conditions de travail

Le droit de grève figure dans une norme fondamentale de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

La France a d’ailleurs été rappelée à l’ordre et vivement critiquée par l’OIT après la réquisition des salariés des raffineries lors des grandes grèves de 2010 contre la réforme des retraites.

En foulant aux pieds les normes internationales du travail, la France envoie un message désastreux au plan international et perd toute crédibilité face aux régimes autoritaires.

Et maintenant ?

Pour soutenir les raffineurs, mettons nous en grève pour nos salaires !

À l’image des salariés des raffineries, nous subissons déclassement et perte de pouvoir d’achat

Selon la Dares, les salaires des cadres et professions intermédiaires ont baissé de 3,6 % en 2022 en euros constants. Les salarié·es sont toujours plus nombreux à être payés au Smic ou proche du Smic, et de plus en plus en plus de salarié·es de l’encadrement sont sous le plafond mensuel de la sécurité sociale… donc les responsabilités, sans la fiche de paie qui va avec.

Pour garantir le paiement des qualifications et de l’expérience l’Ugict-CGT propose la mise en place d’une échelle mobile des salaires pour que les salaires augmentent automatiquement avec l’inflation

Du 17 au 21 octobre, la Confédération Européenne des Syndicats et Eurocadres appellent les salariés à se mobiliser partout en Europe pour gagner des augmentations de salaires. En Grande Bretagne, en Allemagne, en Belgique, en Italie… les mobilisations sont massives.

En France, l’Ugict-CGT appelle tous les salariés à rejoindre la journée de grève et de manifestation prévue le 18 octobre par plusieurs professions

 

Téléchargement

Restez informés


À propos

Pièces-jointes :

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *