[Podcast Ép. 52] Billet 🔊 : Peste brune

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 3 minutes

Immigration, sĂ©curitĂ©, identitĂ©, « grand dĂ©classement Â», « grand remplacement Â» haine des mĂ©dias
 Le premier meeting du dĂ©sormais candidat Eric Zemmour s’inscrit dans la continuitĂ© de ses thĂšmes de prĂ©dilection dĂ©clinĂ©s depuis des annĂ©es jusqu’Ă  la nausĂ©e. Des idĂ©es mortifĂšres et pernicieuses qui l’ont amenĂ© jusqu’Ă  la barre du tribunal.

 

 

On aurait tort de penser que le morcĂšlement ou la dispersion de l’extrĂȘme droite viendrait consolider le prĂ©tendu « plafond de verre Â» qui l’a empĂȘchĂ© d’accĂ©der au pouvoir. En effet, son arc politique s’Ă©tend aujourd’hui de Marine Le Pen Ă  la droite la plus rance des RĂ©publicains qui pour conquĂ©rir les suffrages de sa primaire s’est livrĂ©e Ă  une course Ă  l’Ă©chalote sur des thĂšmes qui ne sont pas sans rappeler le profond humanisme d’un Jacques Chirac du « bruit et des odeurs Â», d’un Nicolas Sarkozy de la « racaille Â» et du « KĂ€rcher Â».

 Les prĂ©tendues « digues Â» que le RPR puis l’UMP prĂ©tendaient garantir contre le Front National ont Ă©tĂ© depuis bien longtemps sapĂ©es – si tant est qu’elles n’aient jamais existĂ© -, dĂ©montrant une porositĂ© malsaine des idĂ©es et des transfuges. Ainsi l’ex-numĂ©ro deux de LR et soutien d’Eric Ciotti, Guillaume Peltier, a Ă©crit sur Twitter juste aprĂšs la fin du meeting : « Â comment rester insensible au discours pour la France d’Eric Zemmour ? Â». Qui peut croire qu’une ValĂ©rie PĂ©cresse n’aura pas des gages politiques Ă  donner Ă  ces 40 % de votant pour Ciotti ?

 VoilĂ  des annĂ©es qu’on Ă©voquait la « lepĂ©nisation Â» des esprits, mais voilĂ  que l’on caractĂ©rise dĂ©sormais « l’extrĂȘme droitisation Â» de la sociĂ©tĂ©… Toute la sociĂ©tĂ© ? Ce serait sans doute vite aller en besogne. La maladie touche avant tout la vie politique. Car les questions qui taraudent la population sont d’abord sociales et les thĂ©matiques agitĂ©es par ces responsables politiques sont dĂ©connectĂ©es des premiĂšres prĂ©occupations des gens.

 Mais plutĂŽt que de rĂ©pondre aux exigences salariales, Ă  la baisse du pouvoir d’achat, au besoin de service public, ces responsables politiques banalisent le pire. VoilĂ  qui nous promet une campagne que certains prĂ©disent violente. Elle a commencĂ© avec l’agression dont ont Ă©tĂ© victimes les militants antiracistes qui sont allĂ©s manifester Ă  Villepinte ainsi que les journalistes brutalisĂ©s par les sbires de Zemmour. PrĂšs de cinq ans aprĂšs l’Ă©lection d’Emmanuel Macron, cette structuration et cet Ă©largissement dĂ©complexĂ© de l’arc d’extrĂȘme droite est autant Ă  mettre au dĂ©bit de sa politique antisociale et nĂ©olibĂ©rale qu’Ă  la lĂąchetĂ© d’une droite dĂ©boussolĂ©e.

Dans ce contexte le mouvement syndical , les forces sociales sont interpellĂ©s. D’abord parce qu’ils seraient les premiĂšres victimes de la politique d’un Zemmour ou d’une Le Pen, mais aussi parce que plus fondamentalement ces gens ne proposent rien d’autre que les vieilles recettes libĂ©rales ou nĂ©olibĂ©rales qui nous ont prĂ©cipitĂ© dans toutes les crises que nous traversons.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Notre billet audio de la semaine est Ă©galement Ă  retrouver sur Notre blog mediapart

Depuis fĂ©vrier 2020 vous pouvez vous abonner à Cadres Infos, le podcast des IngĂ©s Cadres Techs CGT, produit par l’Ugict CGT sur :

http://ugict.cgt.fr/arte

http://ugict.cgt.fr/spotify

http://ugict.cgt.fr/deezer 

http://ugict.cgt.fr/apple

Restez informés


À propos

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *