[Exclusif] Le temps de travail et la charge de travail des cadres se sont alourdies en 2020

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 3 minutes

61 % des cadres considèrent que leur charge de travail a augmenté depuis l’année dernière, et 53 % considèrent que leur temps de travail a augmenté.

Des charges de travail et des durées réelles de travail encore plus lourdes dans la fonction publique

La hausse de la charge de travail est largement majoritaire et répandue quels que soient la taille de l’entreprise et le secteur d’activité professionnelle.

La fonction publique est cependant plus touchée que le secteur privé (68 % vs 53 %).

L’augmentation de la durée du temps de travail est également plus forte dans la fonction publique par rapport au secteur privé (66 % vs 53 %).

L’instabilité des organisations, les réorganisations incessantes participent à la surcharge de travail. Dans la Fonction publique, le non-remplacement des départs en retraite et l’augmentation du nombre de missions nouvelles dans le cadre des réformes publiques participent au phénomène. Conséquence directe, la pression au travail rend plus difficile la prise de jours de repos et de RTT.

La crise sanitaire a révélé à quel point les cadres sont au bord de la rupture.

Les études épidémiologiques confirment le lien entre charge et durée de travail excessives avec les risques d’épuisement professionnel et d’atteinte à la santé. 

Au total  39 % des cadres déclarent travailler plus de 45 heures hebdomadaires…

– 18 % travaillent plus de 49 heures hebdomadaires, F/H (13 % vs 21 %)

– 21 % travaillent entre 45 et 48 heures hebdomadaires, F/H (22 % vs 20 %)

– 40 % travaillent entre 40 et 44 heures hebdomadaires, F/H (37 % vs 42 %)

– 21 % travaillent entre 35 et 39 heures hebdomadaires, F/H (28 % vs 17 %).

Les cadres appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle dont la durée du temps de travail augmente le plus. Le forfait jours participe au phénomène. Cela va à l’encontre de leurs aspirations à plus d’équilibre entre leur vie privée et professionnelle, et à une meilleure qualité de vie au travail. Il est nécessaire de réinterroger les organisations du travail, le mode de management (délai de plus en plus court, objectifs de plus en plus déconnectés de la réalité,…), la charge de travail et son évaluation au regard des moyens dont on dispose.

  • 59 % des cadres déclarent travailler pendant leurs jours de repos
  • 25 % déclarent le faire « souvent » ; F/H (28 % vs 24 %) ; fonction publique / secteur privé (48 % vs 15 %)
  • 33 % déclarent le faire « de temps en temps » ; F/H (28 % vs 37 %) ; fonction publique / secteur privé (26 % vs 37 %)

Ce travail durant les jours de repos est généralisé et concerne les hommes comme les femmes cadres (61 % vs 55 %) ; les cadres de la Fonction publique, comme les cadres du secteur privé (75 % vs 52 %).

Le débordement du travail sur la vie privée est caractérisé. Malgré les aspirations à avoir un équilibre vie privée / vie professionnelle, le surtravail est la règle avec débordement le soir, le week-end, et pendant les vacances. La norme de « disponibilité extensive » est favorisée par le management en place, le développement des forfaits-jours, et la mauvaise utilisation des outils numériques qui prolonge le lien de subordination au-delà de sa durée contractuelle.

 

Téléchargement

Restez informés


À propos

Pièces-jointes :

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *