[Podcast Ép. 33] Billet 🔊 : Blanchiment de fraudes douanières

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 3 minutes

Aux fondamentaux du capitalisme financier que sont, par exemple, la mutualisation des pertes et la privatisation des profits, il faudrait ajouter dĂ©sormais « l’admission en non-valeur Â».

 

 

En effet, le gouvernement nĂ©olibĂ©ral d’Emmanuel Macron a classĂ© sans suite plus de 28 % des contentieux douaniers reprĂ©sentant plusieurs milliards d’euros de droits et de taxes douanières fraudĂ©s ces dernières annĂ©es. « Â L’admission en non-valeur  Â», c’est-Ă -dire l’effacement de ces sommes dans le budget de l’État a Ă©tĂ© validĂ© dans le cadre des lois de Finances 2019 et 2020 dans le cadre du transfert des missions fiscales de la Direction gĂ©nĂ©rale des Douanes et des Droits indirects vers la Direction gĂ©nĂ©rale des Finances publiques (DGFIP).

 Une sorte de bonneteau des missions rĂ©galiennes qui devrait, selon les estimations de l’intersyndical des Douanes (CFDT, CGT, FO, Solidaires, UNSA, CFTC, CGC), « se traduire dans les trois prochains collectifs budgĂ©taires aĚ€ plus de 5 milliards d’euros de moindres rentrĂ©es fiscales Â».

 L’unanimitĂ© syndicale des douaniers ainsi dessaisis de leurs missions, s’oppose frontalement Ă  l’objectif du gouvernement de supprimer quelque 6000 postes, privant ainsi de moyens le bras armĂ© des institutions financières de la RĂ©publique.

 Cette casse des missions rĂ©galiennes est on le voit avec la crise sanitaire, Ă©conomique et sociale une hĂ©rĂ©sie absolue. Elle est purement dogmatique et tourne le dos aux intĂ©rĂŞts du pays alors que patronat et gouvernement entendent faire payer la stratĂ©gie du « quoi qu’il en coĂ»te  Â» aux travailleurs, aux privĂ©s d’emploi, aux retraitĂ©s, aux mĂ©nages.

 Cette rĂ©action unanime est aussi une première inĂ©dite dans l’histoire, les sept syndicats des douanes que le gouvernement devrait « interprĂ©ter comme le lancement d’une alerte Â» selon la secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de la CGT des Douanes, Manuela Dona. Une alerte qui avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© lancĂ©e par deux rapports officiels (rapport Gardette de 2019 sur la rĂ©forme du recouvrement fiscal, puis en septembre 2020 rapport de la Cour des comptes sur la Direction gĂ©nĂ©rale des Douanes et Droits indirects). Ces deux rapports qui se sont prononcĂ©s contre le transfert de certaines taxes Ă  la DGFIP, n’ont pas Ă©tĂ© suivis par le gouvernement qui maintient mordicus sa rĂ©forme dĂ©vastatrice de la fonction publique.

 Cette lamentable affaire, rĂ©vĂ©lĂ©e par un rĂ©cent communiquĂ© intersyndical, Ă©clate alors que ces dernières semaines on a appris que le gouvernement français avait Ă  Bruxelles Ĺ“uvrĂ© en coulisses pour vider de son contenu une future directive sur la transparence financière des multinationales en cours de nĂ©gociations, et que Bercy s’Ă©tait fait dicter ses argumentaires par une lobbyiste du Medef. Mises en perspectives, ces deux affaires indiquent un cap politique. Il s’agit de lever tous les obstacles fiscaux pour offrir Ă  la finance et aux plus riches de s’exonĂ©rer d’une juste contribution au bien commun.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Notre billet audio de la semaine est Ă©galement Ă  retrouver sur Notre blog mediapart

Depuis fĂ©vrier 2020 vous pouvez vous abonner à Cadres Infos, le podcast des IngĂ©s Cadres Techs CGT, produit par l’Ugict CGT sur :

http://ugict.cgt.fr/arte

http://ugict.cgt.fr/spotify

http://ugict.cgt.fr/deezer 

http://ugict.cgt.fr/apple

Actus en tendance pour #Finances 

Restez informés


Ă€ propos

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *