Personne ne peut télétravailler en gardant ses enfants !

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 2 minutes

Le président de la République a annoncé la fermeture des établissements scolaires et des crèches du 6 avril au 26 avril (pour le primaire) ou 3 mai (pour le secondaire). Ce sont des millions de parents qui devront donc dès lundi s’organiser pour garder leurs enfants et leur faire l’école à la maison. L’Ugict-CGT interpelle solennellement gouvernement et patronat.

Après 1 an de crise sanitaire et de télétravail en mode dégradé, pas question de revivre l’enfer du premier confinement.

Pas question que les salarié·es en télétravail soient exclus du droit aux arrêts maladie. Personne ne peut aujourd’hui prétendre qu’il est possible de télétravailler tout en gardant ses enfants.

Une situation qui pénalise d’abord les femmes

La majorité des tâches ménagères repose sur les femmes. Depuis un an, les risques de burn out explosent chez les femmes en télétravail, notamment du fait du cumul avec les tâches domestiques dans un contexte de fort dysfonctionnement des établissements scolaires.

Des centaines de milliers de femmes le paient de leur santé, mais aussi de leur carrière professionnelle.

Mauvaises évaluations, baisse de rémunération, mise à l’écart des projets importants, remise en cause de responsabilités ou de perspectives de carrières, les conséquences négatives sont déjà très concrètes pour les femmes cadres et professions intermédiaires et auront un effet cicatrice pendant tout le reste de leur carrière

 

Dans l’immédiat, l’Ugict-CGT demande 

  • L’accès automatique aux arrêts maladie sans jour de carence pour tou·tes les salarié·es ayant des enfants de moins de 16 ans, y compris celles et ceux qui peuvent télétravailler
  • La mise en place d’allègements de charge de travail et d’aménagements horaires par les employeurs pour tous les parents.

De manière générale, le télétravail doit être encadré et assuré par des droits opposables pour les salarié·es.

Pour rappel, l’enquête menée par l’Ugict-CGT auprès de 35 000 répondant·es durant le confinement a démontré que

  • La fermeture des écoles entraine une surcharge de travail impossible à cumuler avec le télétravail : 43 % des mères (et 26 % des pères) passent plus de 4 heures supplémentaires à s’occuper de leurs enfants par rapport à une situation normale
  • 83 %  des employeurs n’ont ni allégé de la charge de travail ni aménagé les horaires pour les parents
  • La prise en charge des enfants pendant le télétravail fait exploser le stress et génère un cocktail de risques psycho-sociaux 

 

“Le travail sous épidémie”  : 100 questions, 34 000 réponses, et 60 propositions pour sortir de la crise

Restez informés


À propos

Voir aussi

Une réaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *