[Podcast Ép. 73] Billet 🔊 – AprĂšs la pandĂ©mie, l’hĂŽpital passera-t-il l’Ă©tĂ© ?

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 4 minutes

Cela fait maintenant des années que les mobilisations pugnaces des personnels de santé nous ont révélé la crise profonde du systÚme de santé dans sa globalité et pas seulement une crise du service public hospitalier.

 

 

Les grippes saisonniĂšres, les bronchiolites infantiles, puis la pandĂ©mie du Covid passent et chaque fois les mots manquent pour parler de la saturation, l’asphyxie, l’Ă©puisement des personnels. La pandĂ©mie a rĂ©vĂ©lĂ© et sans doute amplifiĂ© la fuite des personnels qui quittent l’hĂŽpital parce qu’ils et elles ne supportent plus les conditions de travail qui leur sont imposĂ©es. Le personnel est maltraitĂ© et Ă©puisĂ©, la pĂ©nurie de postes, de lits, de mĂ©decins est gĂ©nĂ©rale. Les soignant.es n’en peuvent plus.

Et voilĂ  qu’aprĂšs le burn-out des urgences d’OrlĂ©ans, on annonce un peu partout dans le pays la fermeture la nuit de services d’urgences comme Ă  Bordeaux. Une ville de 800 000 habitant.es privĂ©e de ses urgences la nuit…

Et si le scĂ©nario du pire Ă©tait en train de s’Ă©crire ? Probable Ă  en croire l’Association des petites villes de France (APVF) qui a interpellĂ© la nouvelle ministre de la SantĂ©, Brigitte Bourguignon, en Ă©voquant les hĂŽpitaux de Sarlat (Dordogne), Jonzac (Charente-Maritime), Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), Guingamp (CĂŽtes-d’Armor) ou Chinon (Indre-et-Loire), « oĂč l’activitĂ© est carrĂ©ment suspendue ». Et ce sont aussi plus d’une centaine d’Ă©tablissements hospitaliers qui sont touchĂ©s par le manque de personnel. Dans 6 centres hospitaliers, dont ceux d’Amiens ou ChĂąteauroux, on a mis en place un dĂ©lestage des patient.es vers d’autres Ă©tablissements, tandis qu’Ă  Rennes, Roubaix et Tourcoing, on a dĂ©clenchĂ© le plan blanc qui oblige Ă  reporter certaines opĂ©rations non urgentes, Ă  repousser les hospitalisations programmĂ©es et aussi Ă  rappeler du personnel en congĂ©. « J’ai demandĂ© aux ministres concernĂ©s de se pencher sans attendre sur ce sujet et de faire des propositions trĂšs rapidement pour prendre des mesures efficaces pour l’été », a annoncĂ© la PremiĂšre ministre Élisabeth Borne qui ne peut pas jouer l’Ă©tonnement ou la surprise. On en est donc Ă  imaginer quelles rustines, quels cautĂšres sur une jambe de bois va bien pouvoir imaginer le gouvernement. En tout cas, on peut douter de la rĂ©elle volontĂ© de rĂ©pondre aux revendications de la communautĂ© hospitaliĂšre alors que l’ex-ministre de la SantĂ©, Olivier VĂ©ran disait encore le 12 mai dernier « Non ce n’est pas un problĂšme salarial, ce n’est pas un problĂšme d’effectif, c’est un problĂšme d’organisation ».

Face Ă  un tel dĂ©ni, les personnels sont de nouveau appelĂ©s, notamment par la CGT Ă  se mobiliser le 7 juin dans tout le pays pour demander notamment l’arrĂȘt des fermetures de services d’urgences, et rĂ©ouverture de ceux dĂ©jĂ  fermĂ©s ; le remplacement des dĂ©parts, arrĂȘts maladie, congĂ©s maternitĂ© et un plan national de recrutement de 100 000 personnes. Cette question des effectifs est en effet centrale pour commencer Ă  rĂ©soudre la question de l’attractivitĂ©. Mais n’en dĂ©plaise Ă  Olivier VĂ©ran, la question salariale est aussi dĂ©terminante et les mesures que le gouvernement a dĂ» consentir lors du SĂ©gur de la santĂ© ne sont pas suffisantes. Il faut lĂ  comme dans toute la fonction publique un vrai dĂ©gel du point d’indice, une majoration franche des heures de nuit, des dimanches et fĂ©riĂ©s.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Notre billet audio de la semaine est Ă©galement Ă  retrouver sur Notre blog mediapart

Depuis fĂ©vrier 2020 vous pouvez vous abonner à Cadres Infos, le podcast des IngĂ©s Cadres Techs CGT, produit par l’Ugict CGT sur :

https://ugictcgt.fr/arte

https://ugictcgt.fr/spotify

https://ugictcgt.fr/deezer 

https://ugictcgt.fr/apple

Restez informés


À propos

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *