[Podcast Ép. 49] Billet 🔊 : Et l’hĂ´pital vint Ă  manquer de bras

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 4 minutes

Le ministre de la SantĂ© rendra une visite mardi 9 novembre au salon annuel de la FĂ©dĂ©ration hospitalière de France Santexpo. On pourrait attendre du docteur qu’il porte un diagnostic et surtout un remède Ă  l’hĂ©morragie qui frappe l’hĂ´pital. Il serait temps !

 

 

Depuis au moins deux dĂ©cennies les personnels de santĂ©, comme les forces syndicales alertent sur l’asphyxie budgĂ©taire, l’embolisation des services d’urgence Ă  la première grippe venue, la fermeture des Ă©tablissements de proximitĂ©, l’hyper-concentration dans des plateaux techniques de taille rĂ©gionale, la tarification Ă  l’activitĂ©. Bref toutes ces pathologies qui ont amenĂ© l’HĂ´pital Ă  l’os, alors qu’il y a deux ans commençait Ă  frapper la pandĂ©mie.

Après toutes les alertes, les poussĂ©es de fièvre sociale, les femmes et les hommes de l’HĂ´pital sont en train de le quitter, la mort dans l’âme, Ă©puisĂ©s de trop de travail, las de ne pas ĂŞtre reconnus dans leur rĂ´le essentiel et pour leurs qualifications. RĂ©sultat, “un grand nombre d’emplois vacants” et “un pourcentage important de lits fermĂ©s” Ă©valuĂ© Ă  “environ 20 %”, a Ă©tĂ© annoncĂ© par le Conseil scientifique dans un avis rendu au gouvernement dĂ©but octobre. Tandis que la FĂ©dĂ©ration hospitalière estime que 6 % des lits sont fermĂ©s faute de pouvoir ĂŞtre « armĂ©s Â», c’est-Ă -dire pourvus des moyens humains. L’HĂ´pital est malade, gravement touchĂ© par des annĂ©es de restrictions. Et les 10 milliards du docteur VĂ©ran dispensĂ©s après le SĂ©gur de la SantĂ© n’endiguent pas la fuite des compĂ©tences et ne rattrapent pas les pertes de pouvoir d’achat subies depuis 15 ans par les fonctionnaires hospitaliers.

Les professions Ă©cartĂ©es du SĂ©gur sont dĂ©sormais elles aussi en proie Ă  la fièvre revendicative. Les oubliĂ©s du SĂ©gur tant dans le secteur mĂ©dico-social qu’Ă  l’HĂ´pital dĂ©roulent leurs cahiers revendicatifs qui portent autant sur les rĂ©munĂ©rations que sur les statuts, diplĂ´mes et compĂ©tences : sage-femmes, infirmiers anesthĂ©sistes, manipulateurs radio, techniciens de laboratoire… Autant de professions qui ces dernières annĂ©es ont dĂ©jĂ  manifestĂ© avant le Covid leurs exigences jamais entendues. Dès lors, comment ne pas comprendre le dĂ©couragement des soignants ?

Il y a lĂ  une forme de violence sociale dont les nĂ©olibĂ©raux qui nous gouvernent ne veulent pas prendre la mesure et s’accommodent trop facilement. Elle s’exerce essentiellement sur des femmes qualifiĂ©es puisqu’elles sont lĂ©gion dans ces professions mal reconnues, mal payĂ©es, mal dotĂ©es qui subissent des conditions de travail pĂ©nibles. C’est un gâchis social et Ă©conomique incommensurable. Le gouvernement dans une sorte de dĂ©ni de rĂ©alitĂ© prĂ©fère n’y voir qu’une une dĂ©compensation post-Covid : après 20 mois de crise sanitaire, “les personnels de santĂ© sont fatiguĂ©s, il y a des dĂ©missions, des absences (…) qui aboutissent Ă  des tensions et Ă  des fermetures de certains lits”, rĂ©sume Jean Castex.

Et comme s’il fallait encore reporter aux calendes grecques les remèdes Ă  cette crise majeure, le ministre de la SantĂ© a commandĂ© une Ă©tude « la plus exhaustive possible Â» sur cette hĂ©morragie. Une Ă©tude… ça fait sĂ©rieux, ça ne mange pas de pain… et ça fait gagner quelques semaines. Mais ça ne doit pas faire oublier qu’en pleine pandĂ©mie, le gouvernement continue d’imposer des fermetures de lits qui viennent s’ajouter aux lits fermĂ©s faute de bras.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Notre billet audio de la semaine est Ă©galement Ă  retrouver sur Notre blog mediapart

Depuis fĂ©vrier 2020 vous pouvez vous abonner à Cadres Infos, le podcast des IngĂ©s Cadres Techs CGT, produit par l’Ugict CGT sur :

http://ugict.cgt.fr/arte

http://ugict.cgt.fr/spotify

http://ugict.cgt.fr/deezer 

http://ugict.cgt.fr/apple

Restez informés


Ă€ propos

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *