[Podcast Ép. 37] Billet 🔊 : Quelles digues contre l’extrĂŞme droite ?

Pour en savoir plus


Temps de lecture : 3 minutes

Tous ceux qui dans le mouvement syndical, et les quelque 120 associations ou organisations, ont participĂ© le 12 juin dernier Ă  pas moins de 140 manifestations en France contre l’extrĂŞme droite, contre les lois liberticides du gouvernement, peuvent bien sĂ»r se rĂ©jouir que les rĂ©sultats du premier tour des Ă©lections rĂ©gionales ne valident pas les funestes augures qui depuis des semaines nous annonçaient l’inexorable arrivĂ©e du RN Ă  la prĂ©sidence de plusieurs rĂ©gions.

 

 

D’une certaine manière oui, il faut se fĂ©liciter des piètres rĂ©sultats de l’extrĂŞme droite. Mais peut-on en ĂŞtre quitte alors que l’abstention a encore battu tous les records ? Peut-on, comme s’y sont essayĂ©s quelques commentateurs dimanche soir, dĂ©crĂ©ter que le plafond de verre empĂŞchant la fille Le Pen d’accĂ©der au pouvoir fonctionne toujours ? Rien ne serait plus imprudent. Pas plus qu’il ne faudrait se satisfaire que son parti fasse dĂ©sormais lui aussi, comme les autres les frais de l’abstention.

Cette Ă©lection est aussi un Ă©chec dans la stratĂ©gie de bipolarisation du paysage politique Ă  laquelle se livrent sans vergogne Emmanuel Macron et ses amis pour s’assurer une rĂ©Ă©lection en 2022. Ils ont tellement saturĂ© le dĂ©bat politique avec des thèses comme l’insĂ©curitĂ© (dont mĂŞme la police serait victime), l’identitĂ© nationale, le danger sĂ©paratiste, ou un prĂ©tendu islamo-gauchisme, que Marine Le Pen a Ă©tĂ© contrainte de faire campagne contre les Ă©oliennes… 

Cette bipolarisation artificielle est censĂ©e faire oublier un bilan Ă©conomique et social catastrophique et une furie rĂ©formatrice complètement idĂ©ologique et hors-sol. L’abstention est un marqueur de la dĂ©sespĂ©rance sociale. Et de ce point de vue, Emmanuel Macron en porte une responsabilitĂ© Ă©crasante.

Alors que le pays connaĂ®t une vague de plans sociaux, de fermetures d’entreprises, un allongement du chĂ´mage de longue durĂ©e, il s’obstine Ă  poursuivre sa rĂ©forme de l’assurance chĂ´mage, contre l’avis de toutes les organisations syndicales. Une rĂ©forme qui va durement pĂ©naliser les « permittents Â» de l’emploi et qui s’attaque Ă  l’indemnisation des cadres pour prĂ©parer la dĂ©naturation complète du système d’assurance chĂ´mage. Il foule aux pieds la dĂ©mocratie sociale en n’Ă©coutant que les desiderata patronaux, il persiste Ă  vouloir imposer sa rĂ©forme des retraites avant la fin du quinquennat et accĂ©lère la mise en pièces du service public.

Ă€ l’Ă©vidence, l’abstention massive n’est pas la marque d’une adhĂ©sion Ă  ces rĂ©formes, et il revient aux organisations syndicales et dĂ©mocratiques de poursuivre sans faiblir, et si possible dans une plus large unitĂ© le combat pour le progrès social, la dĂ©mocratie, les libertĂ©s, l’Ă©galitĂ© de droits, la solidaritĂ©… seules vraies digues contre l’extrĂŞme droite.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Notre billet audio de la semaine est Ă©galement Ă  retrouver sur Notre blog mediapart

Depuis fĂ©vrier 2020 vous pouvez vous abonner à Cadres Infos, le podcast des IngĂ©s Cadres Techs CGT, produit par l’Ugict CGT sur :

http://ugict.cgt.fr/arte

http://ugict.cgt.fr/spotify

http://ugict.cgt.fr/deezer 

http://ugict.cgt.fr/apple

Restez informés


Ă€ propos

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *